Article de Délia

Nous avons accueilli à notre dernière réunion du 14 avril, M. Dommartin. Il est Lieutenant-Colonel (car il est monté de beaucoup de grades). Il est venu nous expliquer : comment se passent les commémorations, le protocole et le rôle de l'armée.

n1.JPG

L'armée

Il nous a demandé si nous savions ce qu'était l'armée. C'est elle qui défend la France et ses habitants, les citoyens. Elle doit aussi défendre les îles françaises. Il n'y a pas que des soldats sur terre. Il y en a aussi dans les avions et dans des sous-marins. Il ya 123 730 hommes à terre, 39 625 hommes en mer et 50 900 hommes dans l'armée de l'air française. 20 000 hommes sont en dehors de la Françe, une grande partie au Mali et dans d'autres pays africains. Il n'y a qu'un seul chef pour toutes les armées, c'est le président, en ce moment donc, François Hollande. A travers le monde, pour dissuader l'adversaire de faire la guerre, les militaires transportent des appareils nucléaires.

n_3.JPG

Il existe aussi l'opération sentinelle. Il y a 350 soldats de Charente qui sont partis pour cette opération afin de protéger protéger les citoyens, en plus de l'opération vigipirate, les lieux publics tels que les gares...

Les militaires ne font pas que la guerre. Ils peuvent aussi aider les pompiers à ramasser les branches et tout le bois qui est tombé des arbres lors de tempêtes ou de catastrophes naturelles.

Les commémorations et le protocole

Après avoir présenté l'armée, M. Dommartin nous a expliqué ce qu'était une commémoration. Il existe une vingtaine de commémorations dans notre république qui se répartissent à différents niveaux.

n_2.JPG

Au niveau national, il y a 11 commémorations.

  • La journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, le 19 mars
  • La journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation, le dernier dimanche d'avril
  • La commémoration de la victoire du 8 mai 1945, le 8 mai
  • La fête nationale de Jeanne d'Arc et du patriotisme, le 2ème dimanche de mai
  • La journée nationale de la Résistance, le 27 mai
  • La journée nationale d'hommage aux "morts pour la France" en Indochine, le 8 juin
  • La journée nationale commémorative de l'appel du général de Gaulle, le 18 juin 1940, à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi, le 18 juin
  • La journée nationale à la mémoire victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux "Justes" de France, le 16 juillet si c'est un dimanche, ou le dimanche qui suit
  • La journée nationale d'hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives, le 25 septembre
  • La commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918 et l'hommage rendu à tous les morts pour la France, le 11 novembre (voir loi du 24 octobre 1922, en bas de page et loi du 28 février 2012)
  • La journée nationale d'hommage aux morts de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, le 5 décembre

Il y a aussi des commémorations locales.

Par exemple à Angoulême, le 31 août, nous commémorons la libération de la ville lors de la seconde guerre mondiale. Ces commémorations locales, c'est le maire qui décide de les commémorer ou pas.

Sachant que la commémoration ne peut se faire sans le Préfet, qui représente l'Etat, s'il ne peut pas venir, il se fait représenter.

Nous, enfants du CME, ne commémorons que quatre dates : le dernier dimanche d'avril, le 8 mai, le 31 août et le 11 novembre.

Lors des commémorations il faut avoir des tenues convenables. D'abord, les portes-drapeaux se mettent en place. Les portes-drapeaux sont ceux qui tiennent les drapeaux de la France. Ce sont d'anciens combattants. Puis c'est la levée des couleurs. Ensuite, il y a des gens importants qui font des discours. Ces gens viennent poser des fleurs. Le conseil municipal enfants y participe. Puis, c'est la sonnerie aux morts suivie de chants évoquants la guerre. Elle nous fait rappeller les morts pour la France. Vient après la minute de silence.

Puis il nous a expliqué ce que c'était que le protocole. Ce sont les règles. Par exemple, lors d'un dîner officiel, la reine se met à droite du président et le premier ministre à gauche.

Dans chaque commune, il y a au moins 1 monument aux morts. Pour honorer les morts, il y a des gens qui ont pour métier de bien entretenir les tombes des morts.